WEBCARE 9
CONCACAFDERNIERE HEUREDIVISION 1FOOTBALLGoals 9

Football/LDC: l’AS Cavaly éliminé, Haïti humiliée

Dossier football- Concacaf

[Par Kenson Désir]

Port-au-Prince, le 17 février 2022: L’AS Cavaly qui devait affronter le New England Revolution en huitièmes de finale de la Ligue des champions de la Concacaf a abandonné la compétition en raison du refus de l’Ambassade américaine d’accorder les visas à la délégation leoganaise . Cet affront au football haïtien, au pays de manière générale, est le résultat de la mauvaise organisation du football haïtien et la dégradation de la situation économique et sociale du pays.

Ce qui était un secret de polichinelle, depuis plusieurs jours, a été finalement confirmé le 15 janvier 2022. L’AS Cavaly n’a pas pu défendre les couleurs d’Haïti dans la Ligue des champions de la Concacaf. La faute à un refus total de l’Ambassade des États-Unis d’octroyer près d’une trentaine de visas aux joueurs et dirigeants du club. Et ce, malgré l’intervention du ministère des Affaires étrangères, du MJSAC, de la FHF et de deux membres du congrès américain. Cette désillusion survient à un moment où le Cheval rouge a tout mis en œuvre pour se préparer au mieux afin d’atteindre le plus haut niveau footballistique de la zone et la plus grande prouesse de son histoire.

Mauvaise organisation du sport

Le sport en Haïti se pratique sans aucun cadre légal. Ce qui fait que les pratiquants évoluent dans la plus grande indifférence. Sans intervention sérieuse de l’État dans la création d’infrastructures, le manque d’implication du secteur privé, le sport haïtien est loin d’être une industrie, comme c’est le cas hors de nos frontières. Il est pour certains, en dépit de leur talent, un passage vers une opportunité.

De la création de la Fédération haïtienne de football en 1904 à aujourd’hui, le sport roi, qui, par le passé, a bénéficié la largesse de quelques présidents, n’est pas une exception. Les compétitions locales restent amateurs. Il n’y aucun investissement. Les clubs dépendent uniquement de la rentrée des barrières. Les footballeurs n’ont pas de statut professionnel et ne peuvent pas subvenir à leur besoin. Si on ajoute les derniers scandales qui ont secoué la FHF, la discipline chère à Emmanuel Sanon est au plus bas. Dans un tel contexte, le fait d’interdire aux joueurs haïtiens de rentrer aux États-Unis semble être la conséquence de l’inconséquence de nos dirigeants, toute génération considérée.

Situation sociale désastreuse

La cas de l’AS Cavaly est beaucoup plus complexe qu’un simple refus. C’est la preuve majuscule qu’Haïti s’enfonce de plus en plus. Aujourd’hui, les Haïtiens tentent par tous les moyens de rentrer aux États-Unis ou d’autres pays de l’Amérique latine. Le pays est invivable. Les cas d’enlèvement sont monnaie courante. L’instabilité est telle qu’aucun Haïtien n’est plus le bienvenu dans d’autres pays. Les États-Unis ont resserré l’étau. L’AS Cavaly a été la victime, mais c’est un message aux Haïtiens, aux politiciens sans scrupule qui ne font que piller, détruire le rêve de millions de jeunes. L’AS Cavaly n’a pas pu défendre sa chance et le pays continu de subir l’humiliation.

Kenson Désir

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker