Port-au-Prince, le 19 juillet 2023: À 24 heures du coup d’envoi de la neuvième édition de la Coupe du monde féminine, en Australie et au Nouvelle Zélande, les mordus du ballon rond s’interrogent sur la participation des Grenadières et leur chance de marquer l’histoire dans la plus grande compétition mondiale. Héritées du groupe de la mort aux côtés de l’ Angleterre, le Danemark et la Chine, les Haïtiennes sont condamnées à l’exploit.*

La sélection haïtienne féminine est attendue au tournant cette année, suite à une qualification historique acquise in extremis. Le samedi 23 juillet 2023, elle se mesurera à l’Angleterre pour leur début. Ce sera le début d’une longue épopée. Contrairement aux autres sélections participantes, pour les Grenadières, il ne s’agit pas seulement de jouer une compétition mais ce sera le moment de défier la logique et la règle.

Il est évident que les 23 joueuses qui vont défendre le pays dans la Coupe du monde 2023 font partie de la meilleure génération du football féminin haïtien. Leur réalisation en sélection et leur régularité sur le vieux continent en sont la preuve. Toutefois, les talents de Nérilia, Melchie et les autres ne seront pas suffisants pour entériner une qualification au second tour. Il aura fallu une équipe en mode urgence à chaque rencontre pour espérer franchir le cap du premier tour.

Dans ce groupe B très relevé, l’équipe haïtienne est la moins expérimentée. Elle construit à peine son histoire dans la cour des grands, la coupe du monde. Tandis que, les Anglaises sont à leur sixième participation en neuf éditions. Les Chinoises vont boucler une huitième et le Danemark une cinquième. En plus, les adversaires d’ Haïti sont mieux classés au niveau mondial. L’Angleterre occupe la quatrième place mondiale, le Danemark treizième, une place de plus que les Chinoises. Pour sa part, l’équipe haïtienne n’est que 53e dans ce même classement. Une différence énorme que nos filles doivent surmonter pour atteindre l’ultime objectif.

L’équipe haïtienne est dans une classe inférieure par rapport à ses futurs adversaires. Mais en sport, l’impensable est possible. En football, il l’est encore plus. La population haïtienne espère que nos filles puiseront dans leur source pour offrir une qualification pour la deuxième phase de la coupe du monde, ce qui constituera le plus grand exploit du sport haïtien.

Kenson Désir

Loading

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici